Le sacré et ses avatars : entre pouvoirs et désenchantement

Lieu et Date

19 novembre 2020 – 09h15-17h00

Vicariat épiscopal de l’Eglise Catholique dans le canton de Vaud (Lausanne)

Chemin des mouettes 4, 1007 Lausanne

Argumentaire

Dans Les pouvoirs du sacré. Une alternative au récit du désenchantement, dont la traduction faîte par les soins de Jean-Marc Tétaz vient de paraître au Seuil, Hans Joas y combine des approches historiques, sociologiques et psychologiques autour de la symbolisation du sacré.

Hans Joas im Gespräch mit KNA am 25. Mai 2012 in München. © KNA-Bild

Il montre les difficultés que pose le « grand récit » du désenchantement, soulignant que le succès de ce récit est lié à une conception de la modernité comme produit d’évolutions unilinéaires. Il suggère de le remplacer par une histoire différenciée des sacralisations et désacralisations, un processus dans lequel l’avènement de la transcendance joue un rôle central. S’en ouvre de nouvelles perspectives pour comprendre tant la persistance que les transformations du sacré dans le monde contemporain.

Hans Joas est professeur en sciences sociales aux Universités de Berlin et Chicago. Encore peu connu en francophonie, il commence à y être discuté et va finir par s’imposer. Ont déjà paru en français Comment la personne est devenue sacrée. Une nouvelle généalogie des droits de l’homme (Labor et Fides 2016, prix Ricœur) et La créativité de l’agir (Cerf 1999).

Programme

La journée est composée de différentes interventions autour de l’oeuvre de Hans Joas

Le sacré et son articulation Jean-Marc Tétaz (Erfurt/Lausanne – vous pouvez le lire sur son blog)

James, Durkheim et Royce : expérience spirituelle, médiations religieuses et participation publique. Réflexions à l’épreuve de mobilisations politico-religieuses, en débat avec Joas .Philippe Gonzalez (Lausanne)

L’âge axial, mais autour de quel axe tourne-t-il ? L’âge axial dans la pensée de Hans Joas. Helmut Zander (Fribourg)

Une histoire des religions en tension, entre transcendance et autosacralisation collective, universel et particulier. Une lecture Hans Joas. Lara Loye (Lausanne)

Par-delà la critique, quelle « généalogie affirmative » ? Revisiter les rapports entre religion et société. Pierre Gisel (Lausanne)

Cette journée d’étude, est prolongée par une conférence au palais de Rumine, organisée par le Centre Culturel des Terreaux. Vous trouverez toutes les informations ici : Prendre congé de la théorie de la sécularisation?.

Organisation

  • Pierre Gisel (Professeur honoraire de théologie, Université de Lausanne)
  • Jean-Marc Tétaz (Dr. en philosophie et théologien, fellow au Max Weber Kolleg, enseigne à la faculté de théologie de l’université de Iéna)