Les pouvoirs du sacré. Prendre congé de la théorie de la sécularisation?

Lieu et Date

15 juin 2021 (19h00-21h00)

Centre Culturel des Terreaux, Rue des Terreaux 14, 1003 Lausanne

Argumentaire

Dans Les pouvoirs du sacré. Une alternative au récit du désenchantement, dont la traduction faîte par les soins de Jean-Marc Tétaz vient de paraître au Seuil, Hans Joas y combine des approches historiques, sociologiques et psychologiques autour de la symbolisation du sacré.

Hans Joas im Gespräch mit KNA am 25. Mai 2012 in München. © KNA-Bild

Il montre les difficultés que pose le « grand récit » du désenchantement, soulignant que le succès de ce récit est lié à une conception de la modernité comme produit d’évolutions unilinéaires. Il suggère de le remplacer par une histoire différenciée des sacralisations et désacralisations, un processus dans lequel l’avènement de la transcendance joue un rôle central. S’en ouvre de nouvelles perspectives pour comprendre tant la persistance que les transformations du sacré dans le monde contemporain.

Conférence

Exposé de Hans Joas

Hans Joas est professeur en sciences sociales aux Universités de Berlin et Chicago. Encore peu connu en francophonie, il commence à y être discuté et va finir par s’imposer. Ont déjà paru en français Comment la personne est devenue sacrée. Une nouvelle généalogie des droits de l’homme (Labor et Fides 2016, prix Ricœur)et La créativité de l’agir (Cerf 1999).

Débat et Discussion animé par Joan Stavo-Debauge et Jean-Marc Tétaz

Joan Stavo-Debauge est sociologue et travaille à l’Unil et à l’Epfl. Il est spécialiste de l’espace postséculier et des réaffirmations religieuses qui s’y profilent. Il a traduit et introduit le livre de John Dewey Écrits sur les religions et le naturalisme (Genève, IES, 2019).

Jean-Marc Tétaz est philosophe et théologien. Il a notamment traduit deux ouvrages de Joas : Les pouvoirs du sacré (2020) et La foi comme option. Possibilités d’avenir du christianisme (à paraître en 2020). Il est fellow au Max-Weber-Kolleg (Erfurt) et enseigne à la Faculté de théologie de l’Université de Iéna.

Organisation

  • Pierre Gisel (Professeur honoraire de théologie, Université de Lausanne)
  • Jean-Marc Tétaz (Dr. en philosophie et théologien, fellow au Max Weber Kolleg, enseigne à la faculté de théologie de l’université de Iéna)